Vanessa Fortin, B.A.

Artblr : une nouveauté dans le décor artistique

Au Québec, il est extrêmement rare de trouver des artistes capables de vivre de leur passion. On investit peu dans la culture et les subventions pour les artistes sont difficiles à obtenir. Rajoutons à cela les amateurs (pas tous), qui négocient un coup de cœur pour une œuvre directement avec l’artiste, au plus bas prix possible. Cependant, il est tout de même évident que débourser de grosses sommes pour un objet sans fonctions utilitaires ne rentre pas dans le budget de tout le monde, et ce n’est pas non plus dans la culture des Québécois de le faire.

L’art est un investissement à long terme. Il suffit de penser à Londres et New York. Ces capitales culturelles appartiennent certes à des pays beaucoup plus avancés historiquement parlant que le Québec, mais elles laissent place à l’art et à son potentiel en tant que moteur économique. L’art est un investissement dans notre culture, dans notre histoire et dans l’héritage et la marque que l’on laisse, autant ici qu’à l’international.

Si avant, on n’accordait peu d’importance à l’art, ce n’est pas parce qu’on manque de talent au Québec. « Les artistes québécois ont une très bonne réputation à l’extérieur », nous mentionne Sébastien Demers, de la plateforme Artblr. Heureusement, on voit que la tendance évolue ces dernières années, notamment à Montréal, où l’on donne de plus en plus de chances aux artistes de s’exprimer.

Artblr francais_2016-06-03

Amateurs d’art, artistes et galeries ont une autre occasion de faire découvrir leurs talents et de partager leurs œuvres, et ce, via la vitrine Artblr. « Artblr c’est dans le sens de discussion entre les gens, d’échanges. » La plateforme permet aux artistes, qui n’ont pas vraiment d’outils pour se promouvoir, de publier leurs œuvres à un seul endroit, qui est lui-même lié à tous les réseaux sociaux. Elle est donc très facile d’utilisation et l’artiste va chercher ceux qui sont vraiment intéressés par l’art. En d’autres mots, c’est le rendez-vous des artistes et des amateurs.

Martin Khalifé et Sébastien Demers, les deux fondateurs d’Artblr et eux-mêmes amateurs d’art, voulaient créer une plateforme qui permet de découvrir différents styles, de différentes catégories, mais aussi de régions spécifiques. Vous pouvez donc rechercher des talents qui se trouvent tout près de chez vous. «Une touche locale à l’univers de l’art» sont les premiers mots que l’on aperçoit en allant sur le site. Phrase qui véhicule assez bien les valeurs des fondateurs, qui ont beaucoup misé sur la fibre québécoise pour leur lancement.

Artblr est pour tout le monde, il suffit d’avoir 18 ans et d’être passionné par l’art. Les autres plateformes ne sont pas accessibles aux artistes qui ne sont pas en galerie, mais ça n’empêche pas à ceux bien établis de s’y inscrire, comme Marie-Josée Roy, pour ne citer que la peintre et sculpteure en exemple. Même si le Québec est fièrement représenté sur la plateforme, les artistes viennent d’une douzaine de pays différents. Je vous invite à aller découvrir la grande variété d’artistes qui se trouvent sur leur site web. Vous pouvez également visiter leur page Facebook pour en apprendre davantage sur les services qu’offre Artblr et tout ce qui s’y rattache.

18edb3b166da438078615f21643ef985

Présentement à la conquête des Parisiens, ils veulent se promener de ville en ville pour recruter des artistes de partout dans le monde et finir à New York, une pièce importante du casse-tête. Artblr sera alors une plateforme bien remplie, d’une envergure mondiale, aux couleurs locales.

Partager ce billet
Vanessa Fortin, B.A. Coordonnatrice marketing Voir le profil

Articles reliés

  • 20 septembre 2017  |  Agriculture, Entreprise, Microbrasseries, Vignobles et Cidreries,

    L'assurance d'un vignoble, un plus à l'assurance agricole

    Lire l'article
  • 26 juillet 2017  |  Agriculture,

    Élevage laitier : une industrie importante au Québec !

    Lire l'article

Infolettre