Au diable votre vieille voiture

Il vous est arrivé d’être tombé en panne alors que ce n’était pas le temps? Que dis-je… Ce n’est jamais le temps. Enfin, vous choisissez tout de go de changer votre véhicule, vous entrez dans le premier concessionnaire venu, juste pour voir, et vous ressortez avec une voiture.

L’acquisition d’un nouveau véhicule est, en général, une expérience agréable. L’odeur du char neuf, qui soit dit en passant est parfois un parfum (Dans les Rolls Royce, par exemple, on y vaporise un parfum cuir et bois), la propreté, la fiabilité et, habituellement, une belle dose de fierté. Mais l’acquisition d’un véhicule neuf, c’est également contribuer à autres choses.

Ce n’est pas un secret pour personne, l’économie américaine est en déroute et l’un des plans les plus audacieux des dirigeants du pays de l’oncle Sam a été la sauvegarde de l’industrie automobile nationale en faisait littéralement l’acquisition de Chrysler et GM. D’ailleurs, c’est cette semaine que GM reviendra sur les marchés boursiers et que Washington touchera sa ainsi sa part du gâteau. Pendant la première année du règne de Barack Obama, une partie du plan de relance consistait à inciter les Américains à acheter une nouvelle voiture. L’opération « Cash For Clunkers », à grands coups de promotions, permettait à nos voisins de se débarrasser d’un vieux véhicule pour 4500$ en échange d’en acheter un autre. Nous n’avons pas goûté aux mêmes promotions, mais nous ne sommes tout de même pas en reste : il suffit d’ouvrir un vieux guide de l’auto des années ’80 pour se rendre compte qu’on paye encore le même prix qu’il y a 20 ans pour un véhicule d’entrée de gamme.

L’achat d’un nouveau véhicule, ou plutôt le remplacement d’un véhicule âgé par un neuf, a également des incidences positives sur l’environnement. Les statistiques à ce sujet affirment que les véhicules dits âgés (2003 et antérieurs) polluent 20 fois plus que les nouveaux. Certains chiffres sont plus éloquents encore et affirment que ce serait en fait 40 fois plus. En fait, ça dépendrait de l’endroit. Certains États contrôlent leurs vieux véhicules et d’autres, comme le nôtre, permettent à n’importe quel « véhicule » de sillonner nos « routes ». J’entends les sarcasmes qui disent que nos routes ont donc les véhicules qu’elles méritent.

Les études à propos de la pollution émise par les nouveaux véhicules ont toutefois toutes un point commun : elles omettent de calculer la pollution liée à la casse de vieux véhicules ainsi que l’énergie déployée pour produire, développer et mettre en marché un nouveau. Les statistiques à ce sujet se font plus rares mais, bien peu de choses sont étonnantes là-dedans : il est bien plus rentable de financer une étude sur les impacts environnementaux des vieux véhicules que de la fabrication des nouveaux!

Enfin, en assurance, la protection pour un véhicule neuf n’est parfois pas aussi dispendieuse qu’on pourrait le croire. Avec un bon dossier et un véhicule sans fanfaronnades, vous pourriez être en mesure de vous en tirer à très bon compte. À titre explicatif, nous n’avons qu’à penser au garagiste ou au débosseleur qui ne baisse pas son taux horaire pour disons un 2002 ou un 2004. Autre facteur, marketing celui-là, est qu’une compagnie d’assurance qui vous charme pour votre véhicule neuf, aura bien des chances de vous conserver longtemps!

Vous comptez faire l’acquisition d’un nouveau véhicule et vous aimeriez obtenir une soumission? Contactez nos spécialistes ou encore essayez notre service de soumission auto en ligne.

Partager ce billet

Articles reliés

  • 16 octobre 2017  |  Bateau, Particulier,

    Assurance bateau : L’hivernisation

    Lire l'article
  • 13 octobre 2017  |  Habitation, Particulier, Umbrella,

    Halloween : plaisir et sécurité sont de mise!

    Lire l'article

Infolettre