Quand tout peut être une possibilité de fraude d’identité

Il y a quelques semaines, j’ai lu un article alarmiste mettant en garde les gens quant à la possibilité de fraude d’identité en raison d’autocollants familiaux sur la lunette arrière du VUS ou de la mini fourgonnette. Le penchant moderne du « Baby on board ». Celui qui vous permet d’un seul coup de montrer aux gens vous êtes combien dans votre famille et que vous avez une passion. Vous savez, ce genre-là.

L’article affirmait qu’il était imprudent d’indiquer votre nombre d’enfants à quiconque a des yeux et un soupçon de malice. Pour ma part, je trouve un peu plus imprudent d’appliquer l’autocollant TDF. Mais bon…

Enfin, c’est un micro facteur de possibilité de fraude d’identité parmi tant d’autres tellement plus gros. Je vous écrivais récemment à propos de votre propension à écrire en direct ce que vous faisiez à l’extérieur de votre maison et la relative simplicité pour un voleur de comprendre que vous êtes absent de la maison pour un bout de temps, surtout quand il vous faut prendre l’avion pour revenir à la maison. Quoique je ne sois pas spécialiste en fraude d’identité, je n’aurais pas trop de difficultés à deviner vos mots de passe. Les codes numériques sont presque toujours les mêmes : si vous êtes une fille : votre date de naissance, une femme : votre anniversaire de mariage, un célibataire : 6969, un amateur de James Bond : 007, une personne pressée : 1234, quelqu’un qui a un chien : son nom, un nouveau-née : son nom, un nouveau chum : son nom…

Mais à la quantité de mots de passe que nous avons à mémoriser, il faut se trouver des trucs n’est-ce pas? S’il y a un désavantage aux écrans d’ordinateur plats, c’est que les gens n’ont plus assez d’espace sur le côté pour y apposer des post-its avec leur mot de passe dessus… Il faut les mettre devant maintenant et ça devient un peu plus évident de deviner le mot de passe d’un (e) collègue…

Les plus aguerris technologiquement lèveront le nez sur ma méthode archaïque de fraude informatique : il y a des programmes informatiques « robots » pour déceler les mots de passe maintenant et les fraudeurs n’ont plus besoin de se casser la tête à ce point… Pas besoin de collecter d’informations personnelles. À cela, je répondrai que les bonnes vieilles techniques semblent toujours fonctionner. Après tout, j’ai encore reçu la chance de toucher une partie d’un héritage ivoirien pas plus tard que ce matin.

Enfin, si je regarde votre profil Facebook, je peux être en mesure de trouver votre adresse (via une photo de votre plate-bande), de savoir votre date de naissance (via un « Merci de vos mots qui m’ont profondément touché), le nom de famille de votre mère (celle qui répond systématiquement à vos posts), le nom et la date de naissance de tous vos enfants (via « Je vous présente notre dernier né : Mettons, Fred-Éric ») et j’en passe.

La quantité d’informations que nous publions n’a d’égal à la quantité de gens qui désirent se la procurer à des fins illicites. Heureusement, les assureurs développent de plus en plus de produits quant à la cybercriminalité. Si vous détenez une entreprise, renseignez-vous auprès de votre courtier Lareau pour connaître les produits qui sauraient vous protéger. Si vous êtes un individu, demandez à votre courtier Lareau une protection juridique supplémentaire ou une garantie contre le vol d’identité. Vous ne serez peut-être pas à l’abri des usurpateurs d’identité… mais au moins vous aurez une solution en mains!

Partager ce billet

Articles reliés

  • 16 octobre 2017  |  Bateau, Particulier,

    Assurance bateau : L’hivernisation

    Lire l'article
  • 13 octobre 2017  |  Habitation, Particulier, Umbrella,

    Halloween : plaisir et sécurité sont de mise!

    Lire l'article

Infolettre