Le flip est-il l’idée du siècle?

Ça semble amusant, créatif, facile, artistique, fusionnel pour le couple et non, on ne parle pas d’un cours de zumba à deux… on parle de flip de maisons. Le flip de maisons, c’est l’action d’acheter une maison qui manque d’amour pour lui en redonner en quelques semaines/mois pour ensuite la revendre rapidement en empochant un bon profit.

Les chaines spécialisées en regorgent, les entrepreneurs semblent y faire fortune, les publications en parlent sans cesse, le flip de maisons est sur toutes les lèvres. Le flip se démocratise et vous jugez peut-être que maintenant,  vos trop nombreux temps libres pourraient être mis à bon escient en utilisant vos mains habiles, votre expérience de rénovation du sous-sol, votre vision spatio-temporelle inégalée, vos économies et vos amis pour flipper une maison. Après tout, si Jean Airoldi est capable de le faire avec son chalet, vous aussi.

Alors vous voilà maintenant propriétaire d’un bungalow des années 60, avec un panneau de fusibles, du filage d’aluminium et de la tuyauterie en acier (si vous avez envie d’un flip moins complexe, vous pouvez aussi lire notre section sur comment faire une préinspection d’un bâtiment). Les armoires sont à changer, les planchers sont à sabler et vernir, les murs à repeindre, des cloisons à abattre, un walk-in à construire, des moulures à ajouter et des prises à changer bref… un lot de petits défis pour bricoleurs.

Toujours est-il que, par définition, un flip est une rénovation rapide et suffisamment majeure pour qu’il y soit plutôt impossible d’y résider avant et pendant les travaux. Et qu’après, pendant la période de mise en vente, il serait contre-indiqué de la louer, après tout elle est à vendre pour un futur propriétaire qui ne partageait pas votre passion pour la rénovation. Alors pendant toute cette période, votre maison est vacante, et ce, même si vous vous rendez de façon quotidienne à la maison. Elle est considérée vacante par les assureurs… et les assureurs qui considèrent une maison vacante ont prévu une liste d’exclusions rendant la maison à peu près pas assurée.

Voici la liste des exclusions concernant la vacance d’un bâtiment (la liste peut différer un peu d’un assureur à l’autre) :

1-       TOUS les sinistres survenant pendant que votre bâtiment d’habitation est, à votre connaissance, vacant depuis plus de 30 jours consécutifs.

Ça a le mérite d’être clair…

Votre obligation sera d’aviser votre courtier qui se chargera de négocier avec votre assureur pour ajouter un permis de vacance au contrat existant. Le permis ne lève pas toutes les exclusions, mais vous assurera à tout le moins contre l’incendie et les dommages par le vent (et quelques autres risques moins fréquents). Mais il y a fort à parier que votre assureur régulier ne vous souscrira pas une assurance habitation pour ce genre de projet. Il vous faudra vous tourner vers une assurance commerciale ou spécialisée. Un chantier est considéré comme plus à risque qu’une simple habitation. Contactez alors votre courtier d’assurance qui s’occupera de vous négocier la bonne protection et les permis nécessaires afin que vous puissiez vous concentrer sur votre rénovation en toute quiétude.

Qui dit assurance commerciale ne dit pas nécessairement plus dispendieux, mais ce pourrait être un contrat bien mieux adapté à la situation. Le contrat commercial ou spécialisé sera émis en toute connaissance de cause par l’assureur, mais, dans la plupart des cas, viendra tout de même restreindre la portée de certaines couvertures. En général, vous y trouverez des exclusions quant au vol et au vandalisme. Plusieurs autres clauses particulièrement importantes du contrat d’assurance viendront modifier votre façon de faire : en effet, pour vos travaux de plus grande importance, les assureurs peuvent exiger d’engager des entrepreneurs licenciés pour la plomberie, le chauffage, l’électricité et la réfection de toiture. À noter que si votre assureur ne vous l’exige pas et que vous le faites vous-même, vous vous exposez directement aux poursuites du prochain acheteur qui se retrouverait avec vos travaux défectueux…

Alors voilà, bonne chance, bon flip, et dans mon prochain blogue, je vous expliquerai pourquoi tomber en amour avec votre flip par excès de fierté ne devrait peut-être pas faire de vous un éventuel propriétaire foncier…

Partager ce billet

Articles reliés

  • 16 octobre 2017  |  Bateau, Particulier,

    Assurance bateau : L’hivernisation

    Lire l'article
  • 13 octobre 2017  |  Habitation, Particulier, Umbrella,

    Halloween : plaisir et sécurité sont de mise!

    Lire l'article

Infolettre