Charles-Antoine Carra, CPA, CMA

Pas toujours dispendieuse, l’assurance des entreprises

De la même façon que les entreprises n’ont pas toutes la même taille, les primes des contrats d’assurance entreprise ne sont pas toutes les mêmes. Mais la taille de l’entreprise ne sera pas l’unique facteur pour déterminer votre prime. Une multitude de facteurs peuvent entrer en ligne de compte, mais tâchons d’en déterminer quelques-uns.

Le chiffre d’affaires

Les assureurs peuvent baser leurs possibilités de réclamations éventuelles en fonction du nombre de ventes. Il est tout à fait normal donc, pour deux entreprises de taille identique, qu’un chiffre d’affaires plus important entraine une prime plus importante.

Le type d’activités

Une entreprise qui fait de la décontamination ou qui manipule des produits pétroliers va nécessairement coûter plus cher qu’une entreprise qui vend de la papeterie, par exemple. Par ailleurs, plus un client précise ses activités et limite son champ d’action, plus il a des chances de souscrire son assurance à faible coût. Un client qui reste vague quant à ses activités et se réserve le droit d’accepter n’importe quel type de contrat se verra tarifier plus cher.

La provenance des produits

Prenons l’exemple d’un détaillant. La prime de son assurance pourra varier selon la traçabilité de ses produits, la provenance et la nature de ceux-ci. Il faut comprendre que si le détaillant vend des produits modifiés ou provenant d’outre-mer, il sera considéré comme étant le fabricant, et donc le principal responsable du produit. Étant le principal responsable, il sera tarifié en conséquence.

L’importance de faire affaire avec un courtier d’assurance

Certains assureurs n’assurent pas certains produits ou certaines activités. Certains assureurs ont des primes minimums. Le bon courtier d’assurance saura vous diriger vers le bon assureur afin que vos couvertures et votre prime soient des plus avantageuses. Ce faisant, si vous faites affaire avec un courtier dont les ententes avec les assureurs sont limitées, vous n’optimiserez certainement pas vos chances. N’hésitez pas à demander à votre courtier le nom des assureurs avec qui il fait régulièrement affaire, ceux qu’il approchera avec votre dossier et la réponse de chacun d’eux.

Enfin, n’hésitez jamais à demander une soumission d’assurance, peu importe la taille de votre entreprise. Sachez que, pour quelques dizaines de dollars par mois, vous pourriez souscrire une assurance qui vous éviterait bien des soucis…

Partager ce billet
Charles-Antoine Carra, CPA, CMA Directeur du service aux particuliers Voir le profil

Articles reliés

  • 20 septembre 2017  |  Agriculture, Entreprise, Microbrasseries, Vignobles et Cidreries,

    L'assurance d'un vignoble, un plus à l'assurance agricole

    Lire l'article
  • 26 juillet 2017  |  Agriculture,

    Élevage laitier : une industrie importante au Québec !

    Lire l'article

Infolettre