Pourquoi considérer l’assurance tremblement de terre pour votre maison ?

On croit souvent, à tort, que nous sommes à l’abri des tremblements de terre dans notre très chère province. Cela dit, plus de la majorité des Québécois habitent dans des zones qui sont considérées comme des risques moyens ou élevés. Surprenant ? Voici notre petit guide sur les tremblements de terre pour savoir comment bien vous protéger !

Définir le phénomène

Totalement imprévisible, un tremblement de terre est un « phénomène géologique qui provoque en surface des vibrations du sol ». Ces fameuses vibrations proviennent du choc ou de la fracturation de blocs de roc. Au Canada comme au Québec, les secousses sont généralement de faible intensité, mais elles demeurent assez fréquentes. Au pays, on recense autour de 5 000 tremblements de terre par année… donc environ 13 par jour !

Bien entendu, certaines régions de notre belle province sont plus à risque d’être touchées par un séisme. Les principales zones sismiques au Québec sont :

  1. Charlevoix-Kamouraska
  2. La zone sismique de l’ouest du Québec
  3. Bas-Saint-Laurent et Côte-Nord

Le gouvernement canadien nous met en garde : parmi toutes les catastrophes naturelles qui pourraient nous toucher, « la plus destructrice serait probablement un gros tremblement de terre qui toucherait l’une des grandes villes du Canada. » Un séisme de magnitude 6, selon l’échelle de Richter, pourrait en effet causer des dommages considérables. D’où l’importance de bien protéger sa maison et ses biens en conséquence.

Êtes-vous couvert pour les séismes ?

De façon générale, les tremblements de terre font partie des exclusions générales du contrat d’assurance habitation. Toutefois, il faut apporter ici une certaine nuance.

Il existe deux types de dommages pouvant être causés par un tremblement de terre :

  1. Les dommages résultant d’un incendie, d’une explosion ou de la fumée consécutifs à un tremblement de terre.
  2. Les dommages résultant de la secousse.

Le premier est généralement couvert par votre contrat d’habitation de base. Le deuxième, quant à lui, demeure une exclusion sur la police habitation de base. Toutefois, il est possible de protéger votre maison des séismes, et ce, par le simple ajout d’un avenant à votre contrat. Appelez votre courtier pour ajouter la protection des tremblements de terre à votre police habitation !

Il est intéressant de noter que ce sont les secousses qui causent habituellement les dommages à la suite d’un séisme. En effet, plus les vibrations et les mouvements ont une fréquence rapprochée dans le temps, plus l’impact sur les structures est considérable. D’ailleurs, le matériau de votre maison ainsi que son année de construction seront pris en considération comme risque lors de l’ajout de cet avenant, car, même si les récentes infrastructures répondent à certaines normes dites « parasismiques » (capable de résister aux tremblements terre) ce n’est pas le cas des édifices moins récents.

C’est justement ce qui inquiète davantage les spécialistes de la matière : il n’y a « pas plus de séismes, pas plus de puissance, mais plus de conséquences humaines et matérielles, parce que le globe est de plus en plus habité et que les infrastructures sont de plus en plus nombreuses ». En d’autres termes, ce sont les conséquences suivant le séisme qui sont de plus en plus importantes et sur lesquelles il faut se concentrer.

En terminant, n’oublions pas que les tremblements de terre sont impossibles à prédire et qu’ils demeurent fréquents au Québec, malgré ce que nous pouvons penser. Considérer la protection pour cette catastrophe devient donc très pertinent, surtout lorsqu’on habite proche d’une zone sismique. Pour toute question à ce sujet, appelez votre courtier !

Partager ce billet

Articles reliés

  • 29 mai 2024  |  Habitation,

    Assurez-vous votre appartement ?

    Lire l'article
  • 26 janvier 2024  |  Automobile, Particulier,

    Accident dans un stationnement, c’est 50/50! : Mythe ou réalité?

    Lire l'article

Infolettre