Jessie Hébert-Barbeau

La mini-maison: une assurance à sa hauteur?

Malgré que le nombre d’enfants par famille ait grandement diminué dans les dernières décennies, nous possédons de plus en plus d’espace habitable. Depuis les années 80, la taille de la maison familiale moyenne a grandement augmentée. Aujourd’hui, la taille moyenne d’une maison au Canada oscille entre 1900 et 2300 pieds carrés. Comme plus d’espaces signifient aussi des hypothèques plus coûteuses, de plus en plus de gens décident de briser la tendance et se dirigent vers de plus petits espaces de vie appelés mini-maisons.

Mais qu’est-ce qu’une mini-maison? Les mini-maisons sont des maisons dont le nombre de pieds carrés se chiffre souvent à moins de 400. Elles se présentent sous plusieurs formes et sont utilisées pour un nombre encore plus varié de raisons.

La mobile

Premièrement, on retrouve la maison de type mobile, mini-habitation située sur une remorque qui ne sera pas ancrée sur un terrain, et qui pourra être déplacée au gré de vos envies. Ce type de maison sur roue fixable à un pick-up, à la façon roulotte ou 5e roue, est souvent associée à un mode de vie nomade. La totalité des possessions de son ou ses propriétaires dans un peu plus de 100 pieds carrés remorqués. Comme elles doivent être déplacées de façon régulière, elles nécessitent que le propriétaire fasse l’acquisition d’un camion, ce qui augmente le coût total de la propriété. Malgré la liberté absolue que cette option peut offrir, elle ne vient pas sans inconvénient. On n’a qu’à penser aux coûts d’essence élevés et bris pouvant être engendrés par le déplacement.

La fixe

Afin de remédier au problème de transport, certaines personnes vont simplement décider d’opter pour un modèle fixe. Celui-ci se comparant le mieux à la maison traditionnelle, se trouve sur une fondation et ne peut être déplacé. La mini-maison étant d’office beaucoup plus petite que la moyenne, beaucoup d’avantages y sont tout de même attribués. Le plus grand avantage étant bien entendu l’agent économisé en coûts de toutes sortes — taxes, chauffage, entretien et évidemment le coût d’acquisition pour n’en nommer que quelques-uns. Le mode de vie demeure à la fois traditionnel, car la maison est fixe, mais il faut savoir se séparer de passablement de biens et y vivre plus simplement.

La transportable

Pour les indécis, un choix hybride s’offrira à vous : la mini-maison transportable. Un peu comme une maison mobile sur pilotis, elle peut tout de même être déplacée, mais de façon moins fréquente. Offrant souvent un espace de vie plus grand que la mini-maison sur roues, elle permettra également d’accueillir une famille. Elle nécessitera par contre un transport adapté. Le propriétaire pourra changer de ville ou même de province s’il le désire, mais devra engager une compagnie spécialisée dans ce type de transport afin de déplacer la maison. Elle pourra donc être déplacée de façon occasionnelle pour éviter la monotonie de la maison fixe sans toutefois permettre de voyager au quotidien. Ce choix sera moins couteux que les autres options, car souvent le terrain sur lequel elle sera située pourra être loué ou emprunté plutôt qu’acheté. Comme elle est relativement fixe, elle n’engendrera pas non plus de coûts d’essence… jusqu’au déménagement.

Offrant pour certains un habitat de vie permanent, la mini-maison peut aussi avoir d’autres utilités. Elle pourrait servir de logement temporaire pour un étudiant qui désire sauver sur le coût de son habitation. Elles peuvent aussi très bien être situées sur le terrain d’une résidence traditionnelle afin de servir de chambre additionnelle pour les visiteurs. Certains vont aussi décider d’y faire un espace commercial ou un bureau à domicile.

Qu’en est-il de l’assurance?

Peu importe ce que vous décidez de faire avec votre mini-maison, il sera important de penser à l’assurer. La question qui se pose est, quel type de contrat d’assurance ai-je besoin?

Il vous faudra premièrement décider à quoi va servir votre maison. Si vous optez pour une mini-maison sur fondation, il vous sera nécessaire de souscrire un contrat d’assurance habitation standard. Dans le cas de la mini-maison hybride, cela dépendra du projet.  Si par contre vous décidez que l’option mobile est la plus attrayante pour vous, il vous faudra assurer votre maison comme un véhicule récréatif. Afin d’être en mesure de l’assurer, il vous faudra premièrement, l’immatriculer. La SAAQ vous exigera alors une inspection afin de pouvoir vous attribuer un numéro de série. Lorsque le tout sera approuvé, vous devrez avoir l’évaluation ainsi que les photos de votre projet afin de souscrire un contrat d’assurance. Attention, ce n’est probablement pas tous les assureurs qui seront ouverts à couvrir votre projet dans l’immédiat, d’où l’importance de contacter votre courtier Lareau qui a déjà en mains votre solution.

Vous avez désormais immatriculation et contrat d’assurance dans une main et vos clés dans l’autre, ayant vendu votre maison ou sous-loué votre logement, vous êtes maintenant prêt à partir à l’aventure? Pas tout à fait ! Sans domicile fixe il vous faudra aussi acquérir un contrat d’assurance nomade qui remplace la portion responsabilité civile de votre contrat habituelle d’assurance habitation.

Sur ce, bon projet et bon voyage !

Partager ce billet
Jessie Hébert-Barbeau Courtier en assurance de dommages des particuliers Voir le profil

Articles reliés

  • 16 octobre 2017  |  Bateau, Particulier,

    Assurance bateau : L’hivernisation

    Lire l'article
  • 13 octobre 2017  |  Habitation, Particulier, Umbrella,

    Halloween : plaisir et sécurité sont de mise!

    Lire l'article

Infolettre