Mon bon vieux réservoir à l'huile | Lareau, courtiers d'assurances
Charles-Antoine Carra, CPA, CMA

Mon bon vieux réservoir à l'huile

Vous rappelez-vous la vieille campagne publicitaire de Petro-Canada à la fin des années 80? Une femme qui demande au pompiste pourquoi sa station-service est en rénovation, et pourquoi changer les réservoirs maintenant s’ils sont « encore bons »… Le pompiste de lui répondre sagement, d’un air rassurant « Madame, il va déjà être trop tard lorsqu’ils vont couler ». La dame, comprenant soudainement mieux l’enjeu, se retourne vers sa fille, le regard attendri et est soudainement plus confiante pour l’avenir.

Enfin, les années 80 étant ce qu’elles étaient, il manquait un peu de subtilité dans la chose, mais le message était clair : « On ne peut accepter d’une pétrolière qu’elle contamine le sol ». Cet été fut rude en ce qui concerne la contamination par le pétrole. D’abord BP dans le Golfe du Mexique, puis plus près de chez nous, Canada Steamship Lines à Ste-Catherine et enfin, Suncor dans le Port de Montréal. De beaux gâchis, qui, de plusieurs manières, auraient pu être évités. Or, ce genre de gâchis est susceptible de se produire chez vous.

Le chauffage au mazout est l’un des types de chauffage les plus populaires au Québec. Il permet d’une part à son détenteur de s’assurer d’un chauffage ininterrompu en cas de panne de courant mais également de profiter d’économies lors de temps plus froid. Même les différents gouvernements peuvent offrir des subventions aux détenteurs d’appareils au mazout certifiés. Mais il faut être extrêmement vigilant avec les réservoirs au mazout.

Les réservoirs au mazout sont traîtres. D’une part, ils ne vous avertissent pas avant de fuir, et d’autre part, ils sont toujours bons jusqu’à ce qu’ils ne le soient plus. Sans compter qu’ils se font discrets… en général derrière un vieux matelas ou derrière des piles de boîtes. Parfois à l’extérieur. C’est toujours sans crier gare qu’ils se mettent à fuir. D’abord une goutte à la minute. Pas rien d’énervant, mais c’est tout de même 1 litre au bout de 10 jours… 1 litre d’huile qui se répand dans votre sous-sol puis dans votre solage, le sol, le puits etc… Et on ne parle encore que d’une goutte à la minute.

Que faire? Vite, une couche de peinture, ou une vérification quotidienne. Malheureusement, la peinture n’arrête pas l’huile et vous n’allez quand même pas monter la garde devant votre réservoir 24h/24h. Alors vous devez vous fier aux statistiques. En général, un réservoir intérieur est bon 20-25 ans, alors que ceux situés à l’extérieur demeurent étanche entre 10 et 20 ans. La plaque sur le réservoir saura d’ailleurs vous renseigner à ce sujet. Malheureusement pour ceux qui ne trouveront pas la plaque, ce sera un signe d’un réservoir vieux de plus de 30 ans.

L’huile est impossible à nettoyer, elle pénètre et ruisselle à travers n’importe quel type de sol. Elle se glisse ensuite sous la maison : l’odeur et les émanations ne disparaîtront ensuite plus. Vous devrez entreprendre des procédures fastidieuses et très coûteuses. Imaginez seulement de faire entrer une excavatrice dans votre sous-sol. À l’extérieur? Ça peut se répandre chez le voisin… Mais si vous vous qualifiez, votre compagnie d’assurance peut vous assurer contre le dégât de mazout.

Chaque compagnie a ses normes, ses types de couvertures et ses exclusions. Vous devrez donc vous référer à votre contrat et/ou votre courtier d’assurances Lareau pour vous guider. Les avenants de protection sont parfois à la carte mais toujours à un prix raisonnable. Renseignez-vous!

Lareau a d’ailleurs entrepris un vaste programme de prévention. Si vous avez un réservoir au mazout et que votre couverture n’est peut-être pas à point, un courtier communiquera avec vous pour vous offrir différentes options. Dans tous les cas, un vieux réservoir de plus de 25 ans demeurera une bombe à retardement dans votre sous-sol et aucune couverture ne pourra s’appliquer…

Les couvertures à surveiller si vous vous qualifiez

  • L’assurance sur vos biens : En cas de dommages directs à vos biens et/ou votre habitation
  • L’assurance en responsabilité : Qui vous couvrira notamment si les dommages s’étendent chez votre voisin
  • L’assurance dépollution : Qui couvrira par ailleurs l’enlèvement de la terre contaminée
Partager ce billet
Charles-Antoine Carra, CPA, CMA Directeur du service aux particuliers Voir le profil

Articles reliés

  • 18 octobre 2019  |  Automobile, Motocyclette,

    Quoi faire en cas de délit de fuite

    Lire l'article
  • 29 août 2019  |  Automobile, Habitation, Particulier,

    Acheter votre nouvelle assurance : quelles questions vous poser

    Lire l'article

Infolettre